Christophe Hindricq est le lauréat du Trophée Victor Boin

Sport de haut niveau

Le jury du Trophée National Victor Boin a rendu public le nom du lauréat de l’édition 2017. Le 22 février, le trophée sera remis en main propre au para-cycliste Christophe Hindricq et à son club (Rolling Lions – Namur).  La remise se déroulera au Sportimonium, dans le centre Sport Vlaanderen d’Hofstade (Zemst).

Le trophée, qui ne peut être remporté qu’une fois durant la carrière d’un(e) athlète, a été remis pour la première fois en 1974 et récompense chaque année un athlète paralympique pour ses prestations durant l’année écoulée et/ou pour sa carrière et son rôle au sein du Mouvement Paralympique. Le trophée porte le nom de l’ancien président du Comité Olympique et Interfédéral Belge, Victor Boin, qui œuvra pour le développement du Mouvement Paralympique dans notre pays.

 

 Une longue carrière parsemée de succès

Le handbiker Christophe Hindricq est aujourd’hui âgé de 52 ans. Toujours actif sur le circuit para-cycliste, le médaillé de bronze aux derniers Jeux Paralympiques de Rio (team relay) a derrière lui une longue carrière dans le handisport. Victime d’un accident de moto en 1988 qui le rend paraplégique, Christophe Hindricq pratique d’abord le rugby en fauteuil roulant. Dans ce sport spectaculaire, il participe avec l’équipe belge aux Jeux Paralympiques d’Athènes en 2004. L’équipe termine à la sixième place de la compétition. Il se reconvertit ensuite dans le para-cyclisme. Il dispute les courses en handbike, une forme de vélo couché propulsé par le haut du corps. Dans cette discipline, il participe aux épreuves de contre-la-montre, de course sur route, ainsi qu’au team relay, une discipline intense durant laquelle des équipes de trois handbikers se relaient sur des parcours très courts.

Championnats du monde et World Cups jalonnent chacune de ses années de compétitions. Le plus grand rendez-vous reste néanmoins les Jeux Paralympiques d’été. Christophe Hindricq y participe deux fois en tant que handbiker. Aux Jeux de Londres en 2012, il parvient à se hisser à la quatrième place de la course sur route. En 2016 à Rio, il prend la cinquième place aussi bien en contre-la-montre qu’en course sur route. Le team relay est la dernière épreuve cycliste au programme. Associé à ses compatriotes Jonas Van de Steene et Jean-François Deberg, Christophe Hindricq ramène le bronze à la Belgique. L’apogée d’une belle et longue carrière.

Christophe Hindricq est également un ambassadeur de longue date du Mouvement Paralympique belge. Il exerce actuellement un mandat d’administrateur au sein de la Ligue Handisport Francophone.

Anne d’Ieteren, présidente du Belgian Paralympic Committee :
« Christophe est une des figures de proue du Mouvement Paralympique belge depuis de nombreuses années. Il lui a fallu du temps pour trouver la voie vers le sport paralympique après son accident. Mais il est ensuite devenu un modèle de persévérance et de courage, incarnant à lui seul les valeurs du sport de haut niveau. Il aurait pu décider d’arrêter après la médaille de Rio mais a choisi de continuer, le temps que son remplaçant soit trouvé au sein du team relay belge. Il est l’exemple vivant que le sport paralympique peut offrir une véritable deuxième chance dans une vie ».

Denis Jaeken, ancien président du BPC et président depuis cette année du Trophée Victor Boin:
« Christophe est incontestablement un ambassadeur pour son sport et pour le sport paralympique en général. Aussi bien en rugby en fauteuil qu’en para-cyclisme, il a connu des hauts et des bas, mais s’est toujours battu pour arriver au plus au niveau, qu’il a d’ailleurs atteint avec sa médaille de bronze aux Jeux.  Il est une source d’inspiration pour la génération qui prend aujourd’hui le relais ».

Source: Belgian Paralympic Committee