Canoë

Le canoë est une discipline Paralympique depuis les Jeux de 2016 à Rio. Toujours sur une distance de 200m, les kayakistes s’affrontent dans trois catégories distinctes (KL1 – KL2 – KL3)

 

Le canoë est accessible à toutes les personnes tétraplégiques, paraplégiques ou assimilées

Trouvez un club près de chez vous
Boccia – Championnats Francophones

Tout savoir sur le canoë

Reconnu discipline paralympique depuis 2010, le canoë/kayak a inscrit pour la première fois six épreuves de vitesse, 3 pour les hommes et 3 pour les femmes au programme des Jeux Paralympiques de Rio en 2016. Toutes se sont déroulées en ligne dans un bassin d’eau calme sur une distance de 200 mètres.

La Fédération Internationale de Canoë (ICF) régit la discipline et le règlement international est le même en compétition paralympique qu’en compétition olympique hormis des adaptations nécessaires en fonction de la déficience.

Le nombre important de modèles de bateaux permet à chaque personne en situation de handicap de trouver un canoë ou un kayak adapté.
En compétition internationale, les compétiteurs sont classés en trois catégories selon leurs capacités fonctionnelles :

  • KL3 : pagayeurs ayant l’usage de leurs jambes, de leur tronc et de leurs bras mais qui répondent au critère de handicap minimal par le fait d’une amputation ou d’une perte de mobilité.
  • KL2 : pagayeurs ayant le tronc mobile mais présentant une faiblesse de leurs membres inférieurs
  • KL1 : pagayeurs n’ayant pas de fonctionnalité du tronc ou une fonctionnalité minimale de celui-ci. Un rameur classé A est capable réaliser des efforts majoritairement avec les bras et /ou les épaules.

A Rio, les classes KL1 et 3 ont concourru en kayak monoplace (K1) et la classe KL2 en Va’a (pirogue) monoplace (V1).La différence entre le canoë (C) et le kayak (K) est liée à la pagaie : le premier se propulse à l’aide d’une pagaie simple et l’autre avec une pagaie double c’est-à-dire avec une pale de chaque côté. Traditionnellement, le kayak se pratiquait assis et le canoë à genou (sur 1 ou 2 genoux). Le va’a (V), sorte de pirogue, est composé d’une seule coque et d’au moins un flotteur latéral, généralement placé à gauche.

En handisport, de nombreuses adaptations sont permises, elles doivent cependant toutes être homologuées officiellement par l’ICF et permettre la sortie rapide de l’embarcation en cas de dessalage.
Citons entre autres : mousse à haute densité pour calages dorsaux ou latéraux, orthèses personnalisées lors de difficulté de préhension de la pagaie, déplacement du flotteur, prothèses…

 

Règlement international de canoë Fédération Francophone de Canoë-Kayak